Les soldes : Non, je ne paniquerai pas!

Laurelay - 17 février 2017

Le signe du mois : LE POISSON

Laurelay - 17 février 2017

Un week-end festif chez les vikings…

Laurelay - 17 février 2017
celibattante faisant les soldes 35 ans
astrologie femme poisson
week end en islande de celibattante girly trip 35 ans
[Marre du célibat ? Découvrez la 1ère communauté dédiée à trouver l'Amour, c'est national, sérieux et gratuit !

Et si pour changer un peu on mettait le cap au Nord? Dépaysement garanti à 4 heures de chez nous. Pays de contrastes, soleil de minuit, l’Islande est à la mode et c’est bien normal! 

Pourquoi Reykjavik?

 

  • Parce que c’est une petite ville sympa ou on se sent bien et en sécurité. La femme est l’égale de l’homme, et on ne se fait pas siffler dans la rue. Gentiment on nous propose de continuer la soirée mais pas d’insistance en cas de refus, les Vikings sont des gentlemen.
  • Pas la peine de se ruer sur Tinder non plus, on ne rêve pas, j’ai testé… Passé l’étonnement des 5 premiers, on comprend vite qu’il est normal d’avoir 3 enfants de 3 mères différentes à 30 ans, donc la première photo est l’appât, beau gosse, ensuite vient la photo avec la progéniture plus ou moins nombreuse puis l’essentiel, la photo avec un poisson (car nos amis Vikings ont le gêne du pêcheur dans leur ADN!). On va donc profiter tranquillement d’un weekend entre copines!
  • Parce qu’il fait toujours jours (de mi-mai à mi-juillet) on profite donc de chaque minute de ce weekend de décompression. Ou que l’on peut voir de magnifiques aurores boréales (de septembre à avril).
  • Parce qu’il y a une énergie particulière au pays des trolls, on repart reboostée et au top pour affronter à nouveau la routine qui nous attend.

Comment on y va?

 

Départ de Paris et autres grands aéroports français en vols directs avec la compagnie Icelandair ou avec Easyjet.

Transports en commun ou voiture de location?

 

Globalement pas très développés leurs transports en commun! Il n’existe pas de train et prendre le bus est considéré comme un signe de pauvreté…

Pour découvrir le pays la meilleure façon c’est la voiture de location ou faire des excursions au départ de la capitale, Reykjavik.

Attention! Il existe des bus de ligne qui relient les centres urbains mais on passe à côté de tout et en un weekend prolongé on n’a vraiment pas le temps.

Pour se recharger les batteries

 

Niveau logement, il y en a pour tous les goûts.

Mon coup de cœur personnel : l’Hostel Kex, bien placé qui propose des dortoirs pour les célibattantes fauchées et des chambres privatives pour les autres. Ambiance jeune et internationale.

Sinon le City Center Hotel est très bien placé.

Et qu’est-ce qu’on mange?

 

De tout! C’est une capitale européenne donc il y en a pour tous les goûts;

  • Pour se fondre avec les locaux on tente de trouver une place au restaurant Snaps. Le soir, pas de réservation possible mais un bar en sous-sol nous accueille le temps de boire l’apéro en attendant qu’une table se libère.
  • Pour une pause saine, ou pour la copine pénible vegan ou intolérante au gluten c’est le Glo. Produits fais et locaux, choix de 4 plats du jour accompagné d’une sélection de salades, c’est THE spot pour aider son foie à se préparer/récupérer des excès du weekend.
  • Pour se faire plaisir direction le port et le restaurant Kopar. Une chef quoi nous régale avec un menu varié idéal pour les amatrices de produits de la mer. Un peu plus cher mais on se doit bien ça!
  • Le brunch du dimanche? Coocoo’s nest! Un peu excentré (mais facilement accessible à pied), cosy, bonne adresse connue des locaux qui sert un délicieux brunch avec du pain maison (à partir de 11h00). Situé à côté des glaces Valdís (une institution!).
  • Un petit creux dans l’aprèm? On s’arrête au café Babalú, 2 étages, une terrasse en arrière cours et le meilleur carrot cake du monde (du moins selon ma chef, et elle s’y connait!)

Niveau sorties nocturnes

 

On ne va pas se voiler la face, un weekend d’évasion on tourne rarement à l’eau (bien qu’elle soit très bonne, elle vient tout droit des glaciers). C’est le hic niveau budget car l’alcool est plus cher en Islande, pour prévenir l’alcoolisme lattant (les soirées d’hiver sont longues), le gouvernement se fait plaisir sur les taxes.

Pour les plus aventurières mais uniquement en fin de soirée, essayez le Brennivin (surnom bien mérité: la mort noire). Leur alcool de pomme de terre aromatisé au carvi.

La « rue de la soif » de Reykjavik s’appelle Laugavegur. L’un des plus fameux treks d’Islande porte le même nom, difficile de savoir si on a plus de mal à finir le trek de 4 jours ou à tester tous les bars de la rue…

On passe rarement toute la soirée au même endroit, on navigue de bars en bars au gré des heures de fermeture.

Pas de vrai night clubs, seulement des bars avec grandes pistes de danse.

Attention, on est toujours au top niveau de sa forme car en sortant de soirée c’est le plein jour! Lunettes de soleil dans le sac, check!

  • Une petite soif en fin d’aprèm? Le Landromat café est un bar sympathique qui fait aussi office de laverie automatique. Au mur des cartes du monde et partout autour des livres dans toutes les langues.
  • Pour les amatrices de bières, Micro bar et ses bières artisanales.
  • Jeune et décontracté le bar de l’hostel Kex, concert de jazz tous les mardis.
  • Musique live au « English pub » (ouvert jusqu’à 04h30 le week-end), locaux se mêlent aux touristes pour chanter les vieux tubes indémodables.
  • Le plus ancien bar de la ville Kaffibarinn, ouvert jusqu’à 4h30 le week-end. Il y a souvent un DJ, plusieurs étages et cours intérieure pour celles qui n’ont pas encore arrêté de fumer. On le reconnait au logo du métro londonien.
  • Pour aller jusqu’au bout de la nuit avec les locaux: Bar 11 (ferme à 5h30 le week-end) live music rock/punk/métal selon les soirs, plusieurs salles mais le live est en bas, bondé et bruyant comme il se doit.

La journée

 

Reykjavik se visite rapidement! 2 rues commerçantes, un lac, une carte de l’île en relief au rez-de-chaussée de la mairie.

Le bus hop on hop off permet de se rendre dans les endroits un peu excentrés.

Les symboles de la ville sont la Hallgrimskikja (église en forme de geyser) et le Höfði (monument représentant un drakkar ou le soleil de minuit, selon les versions).

Autres immanquables: l’opéra Harpa, le perlan, la plage de Nautholsvik

En dehors de Reykjavik, le triangle d’or (Gullfoss, Geysir et Thingvellir), le lagon bleu (trop touristique à mon goût). 

Fan de shopping? Un bus passe à proximité de l’office de tourisme et se rend au Kringlan shopping center plusieurs fois par jours, ne pas oublier de demander le duty free!

Pour les célibattantes à la recherche de culture de nombreux musées dont le musée du phallus.

Les islandais adorent aller à la piscine, c’est une institution pour eux.

Chaque village possède sa piscine, c’est un peu notre PMU! Vraiment pas chères, il y en a 4 à Reykjavik, en plus de la plage, attention, une seule est couverte (Sundhollin). Mieux vaut être prévenues, en Islande, avant d’aller barboter on se douche nues! Les douches sont non mixtes mais communes. Plusieurs bassins à des températures différentes, et dans les plus grandes structures, saunas et hammams. Une expérience immanquable! Attention ne pas prendre un bikini tout neuf, l’odeur de soufre ne s’en détache pas.

Voilà c’est fait après 4 jours sur place vous avez chopé le virus, on ne va jamais en Islande une seule fois!

 Bless bless (à bientôt!)

35ans.fr