On ne lutte pas contre soi-même…

Audrey - 22 mai 2017

Et si je faisais ma confiture moi-même?

Audrey - 22 mai 2017

Maman solo, j’ai réappris à vivre

Audrey - 22 mai 2017
femme qui pleure a la fenetre
confiture-rhubarbe-celibataire-fooding
maman avec sa fille
[Marre du célibat ? Découvrez la 1ère communauté dédiée à trouver l'Amour, c'est national, sérieux et gratuit !

A l’aube de mes 30 ans, ma vie a pris un tournant. Je suis devenue une femme +1. Je n’étais plus seulement en couple à temps partiel, mais « en ménage » à temps plein, prête à me lancer dans l’aventure de la vie en duo et d’une future vie de famille.

J’avais trouvé mon « quelqu’un » et avec lui, j’ai ajouté un nouveau rôle à ma liste, sûrement le plus beau, celui de maman.

Donner la vie par amour et devenir le point d’ancrage, le repère d’un mini-moi, c’est à la fois terriblement angoissant et follement excitant !

 

Femme – enfin…compagne – et maman, le statut s’étoffait.

Je n’étais plus seulement une, nous étions deux, nous étions trois, nous étions une famille.

« Oui je suis maman, un petit garçon en effet, nous sommes si heureux… ».

Tout change c’est vrai : tes discussions, tes centres d’intérêt, tes préoccupations, tes amis même parfois.

Et parfois justement, ce modèle échoue : tes nouveaux repères s’écroulent, tu n’as pas eu le temps d’atteindre les 40 ans que ton statut change à nouveau.

 

Après t’être définie en fonction de ton couple et ta maternité, voilà une nouvelle étiquette super à la mode que tu vas lire et entendre partout et utiliser à ton tour pour te définir. Te voilà « maman solo » !

Maman solo : l’expression « in », très en vogue, limite slogan publicitaire, qui vend la femme célibattante, sûre d’elle, qui assume son célibat, son ou ses enfant(s), l’échec de son couple, le deuil de sa famille, avec un sourire…de façade !

«  Moi ? Oui, je suis maman solo. Séparée depuis… C’est bien mieux ainsi en effet, plus aucune communication, plus d’amour… Le papa ? Pfff… De ceux qui considèrent qu’un weekend sur deux et la moitié des vacances scolaires est synonyme de bien-être pour son enfant… Sinon avec le petit on se débrouille oui, on trouve notre rythme et oui bien sûr le plus important c’est qu’on s’aime » !

Aucun doute là-dessus, mon fils, je l’aime à en crever !

 

C’est puissant l’amour maternel et ça devient encore plus fort avec le statut de parent solo.

Tu vis pour ton enfant H24 au départ. Sacrifice ? Peut-être, mais tu ne t’en rends pas compte et surtout tu n’as pas le choix !

Maladies infantiles, nuits blanches avec terreurs nocturnes, petits et gros bobos, grandes joies et petites angoisses ou inversement, associées au rituel des soirées bain-diner-jeux-câlin-histoire-dodo.

Des journées qui commencent à 7h et finissent à 21h.

Tu vis enfant, dors enfant, manges enfant, et parfois, non ok souvent, pleures enfant.

C’est ça, être maman solo. Malgré toi, tu es devenue une lionne qui protège son petit, une mère poule, kangourou, koala ou que sais-je encore ? En tout cas tu connais par cœur tous les animaux de la ferme et du zoo !

« C’est pas bon, vous êtes trop fusionnels tu sais ».

 

Ouais, je sais. Mais tu gères comme tu peux, quand tu as deux rôles à assumer, que tu dois être maman et papa à la fois, et tenir le coup, malgré la fatigue, tes doutes et tes angoisses.

Maman solo donc, à plein temps ou presque…

Nous sommes des milliers et des milliers de femmes célibataires, mamans solos. L’a-t-on souhaité au départ ? Non. Ce n’est pas un plan de vie comme on programme son plan de carrière ! Devient-on anti-couple et anti-famille, avec la haine des hommes ? Non et non !

Sommes-nous désespérées pour autant ? Non plus (enfin si, certains soirs, certaines nuits de solitude, c’est vrai…) !

 

Quand tu n’as pas ton quota de sommeil, que tu supportes un énième «  je veux papaaaa » parce que tu as puni ton mini-toi après une bêtise, que le papa en question est encore en retard pour son weekend de garde ou la pension alimentaire…

Plein de raisons qui font que la maman solo – célibattante, nouvelle espèce de super-héroïne en vogue, en robe et sac à main (ou jean-baskets pour le côté pratique avouons-le !) – doit recharger les batteries pour conserver ses supers-pouvoirs et donc :

 

  • ne tient pas généralement après 23h en semaine ;
  • récupère ses heures de sommeil un weekend sur deux ;
  • a une vie sociale virtuelle à sa pause déjeuner ou de 21h à 23h (c’est ça, la TV ou un bouquin ce soir ?) ;
  • adhère au concept des soirées filles avec enfants «  le seul petit homme autorisé de la soirée » et va se coucher – pas du tout blasée – quand les copines poursuivent leur soirée ensuite à l’extérieur !

Mais dans tout ça, où est passée la femme, où se cache mon « simple moi » ?

 

Ca y est, j’ai compris que oui ce serait toujours «  Mon fils, ma bataille », mais que je me fous enfin de ce que peuvent penser les gens et qu’être maman solo n’empêche pas d’être femme !

Il reste donc ce rôle de célibattante à assumer, et mon équilibre de femme à trouver !

Peu importe le terme choisi, l’étiquette qu’on nous colle, de célibataire, de femme séparée, de maman solo, de célibattante, la chose qui importe avant tout, c’est d’être à l’aise dans nos baskets – ou escarpins- de femme !

Alors oui, on peut – et même on doit – craquer parfois, en avoir ras-le-bol, être paumée, se poser mille questions, s’autoriser des moments off…

Mais c’est pour mieux redémarrer, pour garder le cap, et ne pas perdre de vue qu’on a le droit d’avancer !

Pas seulement parce qu’on doit le faire pour nos mini-nous et pas juste non plus se dire qu’on peut le faire, mais tout simplement qu’on le mérite ! Juste pour nous !

Sois une femme épanouie, sûre de toi et de ta valeur, poursuis ton chemin avec confiance et tu seras forcément une super maman solo !

Et sur mon nouveau chemin de maman solo, j’ai découvert The Good Match, groupe sur lequel je trouve du soutien, du partage….et de très belles rencontres!

 

35ans.fr