Le signe du mois : LA VIERGE

Pia S' - 23 août 2016

Fuir ou affronter ses sentiments?

Pia S' - 23 août 2016

Vivez votre présent comme vous êtes !

Pia S' - 23 août 2016
celibattante-vierge-astro-astrologie-the good match
fuir ou affronter ses sentiments-celibattante-the good match
celibattante-emma bovary-vivez votre present-the good match
[Marre du célibat ? Découvrez la 1ère communauté dédiée à trouver l'Amour, c'est national, sérieux et gratuit !

Fin d’été sous le signe du soleil ! De quoi se donner du baume au cœur avant le rush de la rentrée :-)

Je vais essayer de faire mieux que l’an dernier : convoquée au bout de deux semaines par la maîtresse de CE1 de mon fils. Pas à cause de son attitude : Ouf ! C’est déjà ça. Non c’est après moi qu’elle en a !!! Pfff ! Même pas peur.

Elle a assurément raison. Faut dire, je suis complètement à la ramasse !

Plus intéressée à faire les yeux doux sur les sites de rencontres que de signer les cahiers de mon fils et de lui faire réviser ses leçons !

Bref, cette année, je suis au taquet !

Les vacances ont été bonnes et tranquilles.

J’ai quand même réussi à me déclencher une crise d’eczéma sur le visage avec toutes mes angoisses ! La loose. Ça ne m’était pas arrivé depuis mes 16 ans.

Peur de ne pas être à la hauteur.

Peur de ne pas être en mesure de financer les études de mes enfants;

Crainte de ne pas m’en sortir au quotidien…

Heureusement, j’étais en famille et j’ai pu pleurnicher 3 minutes histoire de vider mon sac.

Les vacances avec mes cousins, c’est la dolce vita : nous dormons comme des loirs, déjeunons à pas d’heure, descendons tranquillement à la plage, nous baignons du bout des orteils et lisons.

7 ans de vie à Barcelone, ça marque !

Pas toujours de la littérature au grand style, souvent de la chick lit !

Toutefois, mesdames, je défie n’importe laquelle d’entre vous de ne pas vous être régalées avec les amours impossibles de Bridget et de ne pas vous êtes délectées des langueurs toutes britanniques des héroïnes de Jane Austen !

Résultat, les livres ont tourné tout l’été !

Ceci dit, le jour où j’ai proposé le tome 1, de plus de mille pages, de ma trilogie sur le 20e siècle de Ken Follett, je me suis pris un scud de l’ensemble de la maisonnée.

Ma pauvre cousine Rose a, elle, obligation, par son nouveau lycée, de lire Madame Bovary.

Déjà qu’elle n’a pas vraiment envie de changer de bahut, elle est grave prémunie par tout ce qui émane de cette institution !

Elle n’a pas arrêté de se plaindre du début jusqu’à la fin : « il ne se passe rien », « ras le bol de toutes ces descriptions », « quelle catin cette Mme Bovary » !

« Heu ! Pardon Rose ! tu parles d’Emma là ! »

« Ben oui ! t’as vu ce qu’elle fait subir à Charles ! »

Bon à première vue, je suis d’accord.

Le Bovary est un peu nigaud et la Emma un tantinet bitch.

Mais tout de même, je me sens obligée de prendre la défense d’Emma.

Alors, au nom de toutes les célibattantes, je m’insurge  et commence mon plaidoyer !!

« Emma Bovary, faut que tu comprennes, c’est un roman réaliste !

La vie, c’est parfois comme ça ! Calme, trop calme.

T’es pas toujours à prendre l’apéro avec tes copines ! Parfois, tu es seule sur ton canapé à bouquiner ! 

Emma, t’imagines même pas! Elle est plus qu’à plaindre. Sa vie est d’un ennui insoutenable.

J’aimerais t’y voir toi : éducation au couvent puis retour dans son trou de campagne  auprès de son père, qui n’a qu’une idée en tête, se débarrasser d’elle.

Toi, c’est fastoche : tu as tes amis, ton lycée – bon d’accord, tu viens de te faire virer – les cinés près de chez toi, les boutiques, ta mère aimante et ton papa adoré « mon papa c’est le plus beau du monde » – d’ailleurs à ce propos Rose, tu as 16 ans, faudrait que tu te calmes avec ça ! »

Et d’enchainer pour revenir à ma pomme, incarnation parfaite de « l’anti-Emma » :

« Regarde-moi, ta cousine ! Tu m’aimes, n’est-ce pas ? Je te fais rire ?

Et bien, telle que tu me vois, je me suis faite plaquée au bout de 15 ans de mariage par qui tu sais…..!

D’abord, égo au plancher, j’ai déprimé.

Ensuite, j’ai galoché tout ce qui bouge et plus si affinité !

Au final, ma conclusion en deux temps est la suivante :

  1. Je reste au fond seule même si souvent je suis entourée !
  2. Aucun preux chevalier sur son cheval noir ne viendra me sauver de mon ennui/mal être grâce à son amour !

Alors, autant que tu l’admettes maintenant, la vie et sa routine sont souvent mortelles. Notre existence est souvent plate ! La réalité moins fun que prévue. »

Je lui assène le coup de grâce :

« Et ce n’est pas une raison pour s’enterrer dans des rêves à la con !

Parce qu’au final, si je ne m’abuse, Emma, infestée par ses chimères sans fin et ses amants égoïstes tout autant boulets, meurt, empoisonnée à l’arsenic n’est-ce pas ?? »

Ma petite Rose éclate de rire ! « t’es pas prête de te reconvertir en prof de lettres ! »

Alors, chères célibattantes, je vous en conjure :

arrêtez tout de suite de vous prendre la tête,

de chercher ce qui se passe dans la tête des autres

et des hommes en particulier.

Vivez votre présent comme vous êtes !

Bougez-vous, faîtes du macramé si ça vous chante, ayez des projets irréalisables que vous finirez bien par voir naître mais sans doute sous une autre forme !

Soyez épanouie PAR vous-même et SEULEMENT POUR vous-même.

L’autre ne sera plus que la cerise sur le gâteau,

celle dont la disparition éventuelle

n’ébranlera pas le socle de votre être

35ans.fr