Laisse-moi partir…

Réjane - 2 mai 2017

Lire…pour trouver le bonheur

Réjane - 2 mai 2017

Crackers salés aux graines

Réjane - 2 mai 2017
femme seule a la fenetre pluie
femme qui lit
crackers sales aux graines
[Marre du célibat ? Découvrez la 1ère communauté dédiée à trouver l'Amour, c'est national, sérieux et gratuit !

Nos émotions vivent dans notre ventre. Quand notre cœur souffre, le vide prend place comme un gouffre dans nos tripes. C’est la place du vide. Elle appelle sans cesse, dès lors qu’elle est ravivée, elle devient un tyran. Elle brûle les jardins intérieurs. C’est un loup qui hurle la nuit. Un démon sous le lit. Un fantôme à l’étage. Une guerre éternelle.

Petite fille unique, j’ai toujours su cohabiter avec la solitude. La place du vide a été une jumelle pour moi.

 

J’ai cru savoir gérer le vide. Mais j’ai toujours trouvé une solution pour combler mes manques. Mes peurs. Mes angoisses. Mes névroses.

Enfant, je comptais dans le noir jusqu’à m’endormir.

Je respirais moins fort et moins souvent pour que les monstres ne m’entendent pas.

Je priais parfois.

Le jour, j’écoutais de la musique et je chantais pour masquer le silence.

Adolescente, j’ai comblé la place du vide avec la nourriture.

 

Comme une boulimique frénétique, je remplissais mon estomac saturé d’émotions pour lui faire oublier la douleur et en créer une nouvelle. Celle du trop plein. Du mal être.

Plus tard, j’ai appris à combler les manques autrement, je me suis remplie de l’envie des hommes. Au point d’oublier les miennes.

 

J’ai prêté ma peau à des hommes qui ne m’ont jamais effleuré réellement. A l’intérieur. Moi. La vraie.


J’ai comblé le vide dans mon cœur, dans mon ventre par des palliatifs inutiles.

C’est comme si tu veux éteindre le feu avec de l’huile ou allumer une bougie avec de l’eau. C’est vrai, c’est un geste inutile. Mais, déconnectée de toi-même, l’absence de raison t’empêche de le comprendre.

Nous le faisons tous.

A défaut de nous recentrer et d’accepter nos manques, nos vides et de nous rassurer nous-même, rassurer notre enfant intérieur, nous tentons de colmater les fuites, les vides par l’intérieur. Alors que c’est nous même que nous devons soigner et régénérer.

La vie est une petite chose fragile qui se grignote, parfois nous oublions que nous vivons, que nous aimons, que nous mangeons.

 

Nous oublions de prendre conscience de la nourriture dont nous avons besoin pour être heureux, complets, sans manque ou angoisse.

Sartre disait «la vie c’est une panique dans un théâtre en feu».

Ne nous oublions pas, cessons de compter dans le noir pour nous rassurer.

Allumons la lumière, confrontons nous au feu de la vie, inspirons un grand coup et vivons.

CRACKERS SALÉS AUX GRAINES

RECETTE

 

Il vous faut (pour une douzaine de grands crackers)

crackers sales aux graines40 gr de graines de chia

120 gr de mélange de graines (courge, tournesol, lin …)

Une gousse d’ail mixée

Un oignon doux mixé

200 ml d’eau

1 c à c d’origan

1 c à c de thym frais haché

3 pincées de fleur de sel

3 pincées de poivre

Recette

  1. Dans un cul de poule, versez toutes les éléments. Laissez reposer une dizaine de minutes le temps que les graines de chia gonflent et que vous obteniez une sorte de pâte.
  2. Pendant ce temps, préparez une plaque de cuisson et recouvrez la d’une feuille de papier sulfurisé. Préchauffez votre four à 170°.
  3. Étalez la pâte sur la plaque. Enfournez pour 30 minutes.
  4. Découpez les crackers et retournez les. Faites les cuire à nouveau une vingtaine de minutes.

Dégustez les nature, avec des rillettes de poissons, un plateau de fromages, une soupe, au brunch !

Retrouvez toutes les astuces et recettes de Réjane ICI!

35ans.fr