Le coup de foudre : On y croit ou pas?

Sarah du Breuil - 13 juin 2016

Des Célibattantes à Ibiza

Sarah du Breuil - 13 juin 2016

A vous Célibattantes….

Sarah du Breuil - 13 juin 2016
celibattante-coup de foudre-amour
celibattante-ibiza-seduction
celibattante-rupture-echec-amour
[Marre du célibat ? Découvrez la 1ère communauté dédiée à trouver l'Amour, c'est national, sérieux et gratuit !

Plus d’un an que vous me suivez…MERCI :-) Plus d’un an que vous réagissez à de multiples sujets sur les Célibattantes. Plus d’un an que vous témoignez. La confiance, l’amour, la rupture, l’amitié, la solitude, etc. Ce soir, je vous propose de relire quelques morceaux choisis….VOTRE BEST OF!

L’espérance

 

« A nouveau tu y croiras

Je te promets, mon étoile, ma luciole, ma reine

Ton cœur se regonflera de coups de sang

Ton corps réapprendra à vénérer

Ton sourire ne mentira plus

Tu ne quitteras plus sur un prélude

Tu n’abandonneras pas lors de la préface

Tu ne t’enfuiras plus parce que quitter fait moins mal qu’aimer »

————————————————–

La rupture

 

« Emmène-moi une dernière fois

Au lendemain de tes regards

Au creux de toi et de tes bras

Emmène-moi une dernière fois

Dans tes drapeaux et tes colères

Prends ma main, saccage ma peur

Dis-moi que tout passe, que tout s’efface

Ca partira. Ne t’inquiète pas

Tout s’efface. Se lime. S’étiole. »

« Ca disparaitra. Cette envie de dormir, sourire à la nuit, à hier et à toi

Ca partira. Ce vide, cette sensation de vie pas habitable

Ca disparaitra. Cette envie d’ailleurs, de verre brisé et de draps sales »

————————————————–

Le grand amour

 

« Alors j’attends. Et j’y crois. A ces fameux papillons dans le ventre. A cette rencontre inattendue. Celle qui me fera peur. Mais surtout celle qui me fera vibrer. Celle qui ne me fera pas oublier le passé, mais un peu pardonner.  Cette rencontre, je la vivrai au présent.

Jamais rien de grand n’a été réalisé sans souffrance, puisque l’expérience nous fait grandir, mûrir, mais nous donne de la force de savoir qui on est, et que plus jamais, on ne s’abandonnera à un être qui nous soumet. »

————————————————–

La confiance

 

« Ce soir…Je me sens prête.

Prête à donner.

A recevoir aussi.

J’accepte le hasard.

Mais me renierai plus.

J’accepte concessions.

J’accepte renoncements

….mais pour quelqu’un d’unique.

Mon coeur est grand ouvert.

Je veux te faire confiance.

Me faire confiance aussi.

Travailler mon amour.

Le faire grandir aussi.

Comprendre son langage. »

————————————————–

La reconstruction

 

« Je suis. J’existe. Je vis. Et J’aime ça.

Je sors. Je ris. Je m’amuse. Et J’y prends plaisir.

J’aime plaire. Et je plais en retour.

Tu as perdu la partie.

Tu m’as peut-être abîmée, laissé des cicatrices.

Mais tu n’as pas réussi car je revis.

Je vis plus aujourd’hui que ce que

Je n’ai jamais été vivante avec toi. »

————————————————–

L’amitié

 

« Un jour timidement, tu as pris ma main, j’ai pris la tienne.

Nous avons commencé à marcher. Juste comme ça. Parce que c’était bien plus sympa d’être deux dans ce voyage.

Je ne savais pas que tu allais me suivre contre vents et marées. Qu’au lieu de suivre un petit sentier pour une courte promenade, nous allions parcourir l’univers bras dessus bras dessous.

Je t’aime parce que tu es plus qu’une amie.

Tu es en moi. Mon armure et mon armée. Tu es ma lutte et ma victoire.

Je t’aime pour tout ça. Le passé. Le présent. Et l’avenir.

Je t’aime pour toute cette certitude. »

« Quand on donne, on perçoit plus que nous ne donnons, car nous n’étions rien et nous devenons.

Les amis sont des compagnons de voyage qui nous aident à avancer sur le chemin d’une vie plus heureuse.

Grâce à vous messieurs, nous avons découvert le sens de l’amitié sincère, unique, fort, inébranlable, sans jugement. Juste du respect. Et comme il est important ce respect. Ne pas se juger entre amis, prendre le bon et le mauvais de chacun, accepter l’autre, se retrouver en l’autre.

Le rôle d’un ami c’est de se trouver à vos côtés quand vous êtes dans l’erreur, puisque tout le monde sera à côté de vous quand vous aurez raison.

Si l’une d’entre nous devait sauter d’un pont, les deux autres ne sauteraient pas avec elle, non. Mais seraient en bas pour la rattraper. »

————————————————–

La solitude

 

« Solitude immense, pénombre recouvrante, angoissante, envahissante.

Solitude, compagne amère que je me persuade parfois d’accepter voir d’apprécier

Solitude qui ne te quitte plus

Qui t’étrangle

Qui t’asphyxie

Qui te laisse penser qu’elle et toi c’est pour l’éternité.

Je suis seule et tu manques à ma vie. »

————————————————–

Le courage

 

« Casse-toi et prends mon cœur.

Que jamais plus je n’aime comme je t’ai aimé, au-delà de nous, au-delà de moi, au-delà de tout.

Et puisque tu n’en veux pas, jette-le où tu iras. Au milieu des arbres ou entre deux chemins.

Casse-toi, sors de ma tête, de mon cœur, de mes yeux et de mes mots.

Emporte tout dans ton sillage.

Je souffre de ne plus voir tes yeux. Mais je mourrais de ne pas reconnaître ton regard… alors pars.

Casse-toi et laisse-moi.

Souhaite-moi l’amnésie car mon cœur ne se résout à oublier. Pas même quand je dors.

Casse-toi et défais tout en moi.

Casse-toi puisque tu ne m’emmènes pas.

Va t’en puisqu’à te penser mon cœur s’effrite, mes poumons suffoquent et mes yeux s’embuent.

La douleur de ne pouvoir t’aimer m’étreint aussi fort qu’est mon amour.

Voilà que tout est dit alors que rien n’est fait entre nous.

Casse-toi, je t’aime »

« Mon amour, parle moi. Dis-moi que tu ne m’aimes plus. Que tu veux t’envoler. Vivre. Saccager la peur, les jours vides et les nuits vaines.

Ce soir je te dirai de partir. De la rejoindre. De vivre.

Parce que si ton bonheur est d’être contre elle, alors cours mon amour. Cours sans te retourner. Sans penser. Sans m’imaginer.

Je veux savoir ton rire retrouvé. Tes envies exhumées. Ta joie étincelante.

Fuis-moi mon amour. »

————————————————–

La maladie

 

« Tu as été de celles qui défient la mort, qui prient la vie, qui restent dignes, qui gardent le poing levé, qui ne renoncent pas, qui forcent le destin, qui demandent pardon, qui espèrent, qui ne lâchent pas, qui aiment encore, qui désarment la tristesse, qui brûlent de vie, d’envie et de joie, qui crient de rage, qui combattent les coups du sort, qui portent les écorchés, qui offrent la lumière, qui courent et sortent les crocs. »

————————————————–

L’ouverture

 

« Pensons à tous nos frères

De ces pays en guerre

Qui même très volontaires

Qui même très courageux

Ne peuvent pas être heureux

Aujourd’hui je bénis

D’être libre et vivante

Même célibattante

Et pour vous tous mes frères

Je vous fais le serment

D’essayer un instant

D’apprécier mon présent »

————————————————–

La reconnaissance

 

« Ma vie, c’est te remercier d’être passée par chez moi.

Ma vie, c’est s’enivrer de toi sans te parler d’amour, c’est m’arrêter pour te regarder, c’est regretter parce qu’on s’est dilué, c’est plier parce qu’on s’est échoué, c’est rire parce que tu es à côté.

Ma vie, c’est te rassurer, me rassurer, me rappeler, pas renoncer, s’abandonner, te respirer et patienter.

Ma vie, c’est me construire une citadelle de fleurs et de miel, c’est t’offrir mes mains ouvertes et mes yeux inquiets.

Ma vie, c’est apprendre à avancer, à croire et prier.

Ma vie, c’est te serrer fort parce que c’est la dernière fois. »

« Rassure-toi, quoi que tu fasses, toute ma vie sera bénie d’avoir vécu contre toi.

Même si tu es loin ;

Même si tu te nourris de ses bras ;

Même si tu souris à nouveau parce que tu es loin de moi ;

Je n’ai plus rien dont tu aies besoin. La partie est finie mon amour ;

Je deviendrai folle peut-être mais une folle heureuse de te savoir en vie ;

Mes souvenirs, ces instants de joie, ces moments gravés, seront des trésors. Des cendres éparpillées. Mais des feux éteints qui ont existé. Qui auront illuminé ma vie, mon existence, mon âme.

Ne te sacrifies pas mon ange, pas pour moi.

Suis ton chemin et oublie ma douleur.

Merci.

Merci d’avoir essayé.

Et traversé ma vie. Qui continue… »

« Vous tous, sachez que je vous dis merci.

Merci pour les larmes, les murs, les claques, les déceptions, les prises de conscience.

Grâce à vous, je suis meilleure, je sais ce que je désire dans ma vie et ça ne ressemble à aucun d’entre vous et à une infime partie de vous aussi.

Grâce à vous, je me suis relevée à chaque fois, plus forte, plus belle, plus abîmée que la fois d’avant.

Plus fragile, moins malléable, moins crédule, plus réaliste. »

————————————————–

La peur

 

« Ce soir je n’ai plus peur.

Je vais l’aimer parce qu’il me fait vivre, respirer et espérer.

Ce soir, cet imprévu béni, ce bonheur impromptu, je vais l’accepter, sans penser, sans attendre de lui, juste savourer ses bras et ses baisers.

Ce soir, je vais m’allonger auprès de lui et respirer sa peau, fouler au pied la culpabilité de ne pas être une mère et une femme parfaite,

Ce soir, je vais célébrer la vie, honorer l’envie et saccager l’ennui.

Ce soir, je vais fuir vers l’essentiel, redevenir insouciante, penser à moi et le remercier.

Ce soir, j’ai décidé d’être heureuse. »

« Pendant 5 minutes, accepte mes craintes, mes peurs, mes angoisses, mes faiblesses.

Accepte-les. Assume-les pour moi. Je n’en suis plus capable. Juste 5 minutes.

Mon esprit s’égare, je repense à tout. Les trahisons surtout.

J’ai peur. Je meurs de trouille.

Je suis trop bien. C’est pas normal.

Accepte que je casse tout, détruise tout. Juste 5 minutes.

Rattrape-moi. Ne me laisse pas faire. Ne saute pas avec moi. Rattrape-moi.

Ce ne sera pas long. Tu n’auras pas mal. Juste 5 minutes.

Laisse mon esprit s’évader, se sauver.

Laisse mon cœur se plaindre.

Juste 5 minutes.

Si tu ne peux rien dire, reste silencieux.

Pose ton tendre regard sur moi. Soulage-moi par ta tendresse.

Ce ne sera pas long, juste 5 minutes.

Si tu veux réagir, étreins-moi. Avec force.

Empêche-moi de partir.

Ne me laisse pas m’échapper. Ne me laisse pas t’échapper.

Je te demande juste 5 minutes.

Et quand il le faudra….je serai là pour toi.

Bien plus que 5 minutes. »

————————————————–

La liberté

 

« Nous sommes français, nous avons le courage de les regarder dans les yeux. De continuer.

Continuer, à vivre, rire, vibrer, danser, respirer, aimer, adorer, jouer, crier, apprendre, choisir, aider et respecter.

Respecter ceux qui n’ont pas les mêmes croyances ;

Ceux qui n’ont pas la même couleur, la même histoire ;

Ceux qui ne portent pas atteinte aux libertés.

Et nous continuerons à la vénérer notre Liberté.

La liberté de croire – ou non – en Dieu ;

De respecter les femmes assumées, seules ou divorcées ;

La liberté de sourire aux inconnus ;

De croire  en un monde coloré ;

De pouvoir quitter sans être jugée ;

De disposer de son corps et de ses idées ;

De bénir un idéal qui rougeoie pour certains mais nous sauve la vie ;

La liberté qui nous emmène loin de la barbarie, des cendres et de la misère ;

La liberté d’écrire un mot d’amour à un homme parce qu’il nous plaît ;

La liberté de marcher en souriant parce qu’on est vivant ;

La liberté de vivre comme on l’entend ;

La liberté de pleurer ;

La liberté de croire à l’aube retrouvée ;

La liberté de créer une citadelle d’amour, de fleurs et de paix.

Le « Bateau France » est touché. Il se débat dans la tempête et le crachin.

Les vagues nous giflent.

Mais nous n’avons pas peur.

Parce qu’ensemble, nous vaincrons. »

————————————————–

La patience

 

« Une relation se construit. Prenons le temps de laisser les choses suivre leur cours.

Il faut apprendre à se connaître, à se comprendre, à trouver une harmonie. Mais ça ne peut pas se faire dans la précipitation.

Le renard est sage. Il a raison. Pour s’apprivoiser il faut du temps. « On ne connaît que les choses que l’on apprivoise ». Autrement dit : que l’on aime et dont on se fait aimer.

_ « Apprivoise-moi !

_ Que faut-il faire ? dit le petite prince.

_ Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai coin de l’œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près. »

La patience permet d’être plus juste car elle se résume au temps, à la réflexion.

C’est le temps pris avant de parler, avant d’agir.

Les relations sentimentales ont besoin de temps pour germer et grandir.

Perdre patience est mauvais et ne pas gérer ses émotions ne fera pas avancer les choses plus vite, bien au contraire.

Il faut se montrer patient envers quelqu’un pour lui donner ce que nous aimerions recevoir. »

————————————————–

Célibattante

 

« Nous sommes de celles qui donnent tout

Nous sommes de celles qui ouvrent leurs cœurs, leurs bras et offrent leurs mains ;

Nous sommes de celles qui se battent en silence et défient les doutes ;

Nous sommes de celles qui croient, qui espèrent et qui prient ;

Nous sommes de celles qui rêvent, qui hurlent, qui crient ;

Nous sommes de celles qui sont si exaltées qu’elles en sont lunaires, solaires et

meurtries ;

Nous sommes de celles qui offrent leur vie, leur temps et leur corps ;

Nous sommes de celles qui sont fragiles, sublimes et abimées ;

Nous sommes de celles qui réparent, se vengent et tremblent ;

Nous sommes de celles qui souffrent en silence et qui sourient ;

Mais nous sommes aussi de celles qui se battent, combattent et défient ;

Nous sommes de celles qui embrassent, se donnent et pardonnent ;

Nous sommes de celles qui saccagent la douleur et fracassent la peur ;

Nous sommes de celles qui rassurent, soignent, consolent et guérissent ;

Nous sommes de celles qui vivent, vibrent et saisissent l’amour des deux

mains ;

Nous sommes de celles qui se relèvent inexorablement ;

Nous sommes de celles qui sauvent les vies, donnent la vie, exhument l’envie ;

Nous sommes de celles qui font l’amour entièrement et espèrent chaque fois ;

Nous sommes de celles qui croient aux fées, aux miracles et en toi ;

Nous sommes de celles qui donnent leurs tripes, leurs cœurs et leurs victoires ;

Nous sommes de celles qui rient, sourient, gracient »

35ans.fr